« L’opéra repose, avant tout, sur Rigoletto. Pierre-Yves Pruvot, authentique baryton verdien, use de la plus riche palette expressive, du cri, du parlando à la déclamation lyrique. Le bouffon prend ici une dimension humaine, ambiguë, complexe. Sa solitude, son amour possessif pour sa fille, sa révolte nous émeuvent. La voix est sonore, admirablement projetée, toujours intelligible, assortie des couleurs les plus justes.. »

Yves Beuvard www.forumopera.com • octobre 2019

Verdi • Rigoletto • Opéra-Théâtre Metz Métropole (France)

« Dans le personnage de Jago, l’excellent baryton français Pierre-Yves Pruvot triomphe avec un mélange d’assurance, de subtilité et de réjouissante ironie, remportant un succès personnel hautement mérité au moment des saluts. »

Emmanuel Andrieu • www.opera-online.com • juin 2017

Verdi • Otello • Opéra royal de Wallonie-Liège (Belgique)

«  Pierre-Yves Pruvot campe un grand Gianni Schicchi, avec la palette expressive la plus large. Nous chanterions bien avec le notaire « Ah, quel homme ! »  Sa large tessiture de baryton est enrichie des émissions les plus surprenantes : voix parlée, nasale, contrefaite, falsetto, râle, sifflement… C’est par ailleurs un excellent comédien à la verve et à l’autorité rares. « Addio Firenze » est un morceau d’anthologie, suivi du beau chœur à l’unisson, consterné. »

Yves Beuvard www.forumopera.com • avril 2017

Puccini • Gianni Schicchi • Opéra de Dijon (France)

« L'excellent baryton français Pierre-Yves Pruvot – qui nous avait enchanté l'an dernier dans le rôle-titre de L'Empereur d'Atlantis à l'Opéra de Reims - creuse à l'os, pour ainsi le débusquer à fond, son Shylock. Il sait, bien sûr, être écœurant d'égoïsme et de fatuité, arrogant, affairiste, si peu recommandable. Il sait, d'évidence, hurler de manière torrentielle sa haine (dans son fameux air, si admirablement interprété ce soir). Il sait être attentif et chaleureux (le Shylock du librettiste Miguel Zamacoïs s'avère, finalement, bien plus humain que celui de Shakespeare). Il sait surtout, revendicateur, plaider la liberté et la tolérance. Le mordant de sa voix, son violent engagement émotionnel, péremptoire, imposent encore plus, comme si besoin était, son personnage. Un immense bravo à lui. »

Emmanuel Andrieu www.opera-online.com • juin 2015

Reynaldo Hahn • Le marchand de Venise • Opéra de Saint-Etienne (France)

« La distribution, solide, permet de belles caractérisations, surtout viriles : Pierre-Yves Pruvot est l'un des meilleurs barytons dramatiques actuels. »

Lucas Irom www.classiquenews.com • mai 2015

Reynaldo Hahn • Le marchand de Venise • Opéra de Saint-Etienne (France)

« Pierre-Yves Pruvot dont l'Empereur terrifiant réussit dans son dernier monologue à devenir émouvant par la seule maîtrise d'un chant exemplaire. »

Christophe Rizoud www.forumopera.com • janvier 2014

Viktor Ullmann • Der Kaiser von Atlantis • Athénée, Paris (France)

« Enfin, seul français du plateau (…), Pierre-Yves Pruvot, présent dans huit tableaux sur dix, incarne un Bolivar convaincant, à la voix homogène et mordante, avec une excellente diction et une grande variété de couleurs. »

Thierry Guyenne opéra magazine • mars 2012

Darius Milhaud • Bolivar • Teresa Carreño, Caracas (Vénézuela)

« Mais la part la plus belle offerte par Rossini revient à Germano, interprété par l’excellentissime Pierre-Yves Pruvot. Diction précise, puissance vocale, intelligence du texte,
sens du gag, le baryton sait extraire tout le miel de ce personnage risible par sa naïveté et sa maladresse, mais touchant car sincèrement épris. »

Brigitte Cormier  www.forumopera.com • avril 2011

Gioachino Rossini • La Scala di Seta • Théâtre des Champs-Elysées, Paris (France)

« Quant au baryton Pierre-Yves Pruvot, il est tout simplement souverain dans le rôle du tyran Dourlinsky. Il lui suffit d'une simple tirade, dès son entrée en scène, pour attirer l'attention du public. Enfin un chanteur qui sait dire un texte parlé, comme un vrai comédien. Et quand il chante quelle belle déclamation ! on ne perd pas un mot, et jamais cette prononciation exemplaire n'entrave la ligne de chant et le legato. Rompu à l'art de la mélodie et des lieder, il connait l'impact du verbe. Il est aujourd'hui un grand chanteur de théâtre, où sa prestance et son timbre généreux font merveille. Voilà comment la musique de Cherubini revit soudain et comment un air, à priori sans intérêt devient passionnant. Bravo ! »

Marcel Quillévéré  www.forumopera.com • octobre 2010

Luigi Cherubini • Lodoïska • Théâtre des Champs-Elysées, Paris (France)

« La grande vedette de cette production, c'est le Scarpia terrifiant de Pierre-Yves Pruvot. Présence écrasante immédiate, voix inflexible, sonnant avec vaillance et fermeté, un Scarpia d'une prodigieuse noirceur. »

Jean Lacroix  la revue générale • février 2009

Giacomo Puccini • Tosca • Théâtre municipal, Tourcoing (France)

© Pierre-Yves Pruvot 2020