Claudio Monterverdi (1567-1643) • L’Orfeo (1607)

Dynamic (2005)

Alcun non sia - A. Bertschy/P.-Y. Pruvot
00:00 / 00:00
Chi ne consola - C. Ghazarossian/P.-Y. Pruvot
00:00 / 00:00

PRÉSENTATION

Sous certains aspects, l’Orfeo (1607) de Monteverdi est à l’histoire de l’opéra italien ce que la Divine Comédie de Dante est à celle de la littérature : un chef-d’œuvre situé au tout début du chemin. Quand Jacopo Peri et Guilio Caccini décident de redonner vie au mythe de la tragédie grecque en mettant tous deux en musique l’Euridice d’Ottavio Rinuccini, ils n’ont sans doute pas encore une idée précise de l’énorme remous culturel qu’ils vont déclencher ni des incroyables développements que cela va susciter. La rapidité avec laquelle s’impose le tout nouveau genre du dramma per musica, comme s’appelait alors l’opéra, montre bien qu’il répondait à des exigences ressenties au sein même de la pratique musicale italienne de l’époque. Avec son Orfeo et avec les opéras qui suivront, Monteverdi a eu le grand mérite d’en montrer immédiatement les possibilités infinies.

Danilo Prefumo

REVUE DE PRESSE

« … des pasteurs et nymphes de haut niveau… »

 

Richard Letawe • www.resmusica.com • 07/01/2006

Kobie Van Rensburg (Orfeo)

Cyrille Gerstenhaber (Euridice/La Musica)

Estelle Kaïque (La Messaggera)

Philippe Jaroussky (La Speranza)

Renaud Delaigue (Caronte)

Delphine Gillot (Proserpina/La Musica)

Bernard Deletré (Plutone)

Philippe Rabier (Apollo)

Hjördis Thébault, Cyrille Gerstenhaber,

Delphine Gillot (La Musica)

Cyrille Gerstenhaber, Hjördis Thébault,

Delphine Gillot, Lorraine Prigent,

Estelle Kaïque (Ninfe)

Alain Bertschy, Vincent Bouchot, Carl Ghazarossian, Thierry Grégoire, Philippe Rabier, Pierre-Yves Pruvot,

Bernard Deletré, Renaud Delaigue

(Pastori/Spiriti infernali)


La Grande Écurie et la Chambre du Roy
Jean-Claude Malgoire, direction musicale

© Pierre-Yves Pruvot 2019